Le royaume des fluides

 

Le Royaume des Fluides


Je suis entré au Royaume des Fluides comme on entre en religion ou en amour, par surprise et abandon. Je ne croyais pas ce que je voyais, mais j’étais attiré par une force que je ne soupçonnais pas. Tout autour de moi, paysage monochrome et illuminé, un monde nouveau s’ouvrait soudainement tout aussi attirant qu’effrayant. Un monde de lumière, si particulier, que je le croyais presque spirituel et divin. Comme ma foi n’est pas très forte, je me trouvais assez dépourvu devant une telle démonstration. Après un certain temps, Le Royaume m’habita de façon profonde et continue. Je me mis à croire que je devenais un Fluide moi aussi, car j’en avais rencontré des Fluides.


Le premier fut Le Géant, immense et grand tribun, qui prenait plaisir à discourir devant tous, tout en s’élevant vers les nuages. Il disait que la meilleure façon de léviter consistait à garder les pieds sur terre et que la plus belle manière de grandir se réalisait en agissant simplement et silencieusement. La parole ne servait qu’à se convaincre et qu’à se donner de l’importance. Et il continuait ainsi sans fin, avec un léger sourire, pour être bien certain que nul ne le prenne au sérieux.


Un soir sans lune, j’entendis une cantilène bizarre au loin. Difficile à comprendre avec cet accent si prononcé. Il chantait sans arrêt la même complainte du crépuscule à l’aurore. On m’informa que c’était l’honorable Roi Warron qui cherchait à séduire sa princesse, Osmose.


Princesse que je découvris d’ailleurs, un peu plus tard, couchée sur une pierre au milieu de la rivière. À l’instant même, je sus pourquoi le Roi Warron était hanté et qu’il ne pouvait cesser son chant déchirant. Osmose semblait issue de cette matière fixe et en mouvement, diaphane et opaque. Toute personne, qui osait un regard sur elle, ne trouvait le repos que difficilement et sa nuit était peuplée de rêves troublants. Comment croire qu’il soit possible de figer l’eau aussi naturellement que la roche, troublant je vous le dis.


Il y avait aussi La Priante, si douce et aimante pour l’univers, que son Dieu semblait prendre plaisir à la mettre à l’épreuve. Elle aurait donné son cœur et son corps pour les enfants meurtris et les autres oubliés du bonheur. Parfois je crois que c’est un esprit car je n’ai pas d’image d’elle. Les Fluides m’ont confié qu’elle les a souvent guidés dans la nuit et que son Dieu était la lumière dans ses yeux. Chanceux tout être qu’elle a accueilli sur son chemin.


Et le mien s’est continué de surprise en découverte en passant par ces fous de la rive et cette vielle salade magique. J’ai marché dans les bois argentés et nagé dans ce Fluide glacé, accompagné d’Être discret qui existe, peut-être…


Le Royaume des Fluides est bien réel comme vous le voyez. Il n’attend que votre visite.


Desros Photographe